Boulevard de Strasbourg


[ accueil | Rue des Petits Champs | Opéra Garnier | Porte Saint-Martin | Fb Saint-Martin | Canal Saint-Martin | Rue de Paradis | Bd de Strasbourg | Passages | Rue Goublier | Gares | Bd de Magenta ]


Arrondissement traversé : 10e

Nestor Burma arrêta sa voiture contre le trottoir du boulevard de Strasbourg, peu après avoir dépassé le Théâtre Antoine, et me dit en souriant :
"Vous pouvez descendre, mon amour. Inutile de de vous amener là-bas en carrosse. Le passage du Désir n'est d'ailleurs qu'à quelques pas. Bonne chance et bonne chasse."
Sournoisement, il changea l'orientation du rétroviseur, mais il en fut pour sa manoeuvre. Je sais bien sortir d'une auto décemment, quand je veux, même avec une jupe entravée.



Théâtre Antoine
Planche 21, case 1 : Burma laisse Héléne boulevard de Strasbourg, devant le Théâtre Antoine. Pas de différences.


Chez les Dolmet
Planche 25, case 3 : Burma se rend chez les Dolmet. Pas de différences.


Direction, passage de l'Industrie
Planche 30, case 3 : Burma laisse Héléne se rendre passage de l'Industrie, chez le louche impresario Goret. Boulevard de Strasbourg, juste avant le passage de l'Industrie.



Histoire de Paris : le Théâtre Antoine
Sur l'emplacement d'un café-concert, le "Grand Concert du XIXe siècle", s'éleva tout d'abord le théâtre des Menus-Plaisirs, construit par Lehmann, décoré par Robecki et dirigé par Gaspari. Inauguré en 1866, ce petit théâtre voué au vaudeville ne connut pas de succès fulgurants en dehors de "Geneviève de Brabant", opéra-bouffe d'Offenbach, et fut rapidement démoli.
En 1881, lui succéda la Comédie parisienne de Marcel Delignières, elle-même peu prisée du public jusqu'en 1897 : la direction en est alors confiée à André Antoine, fondateur du Théâtre-Libre, découvreur de Porto-Riche, de Courteline et de Jules Renard. Il y continua la politique de jeunes auteurs commencée au Théâtre-Libre, puis en 1904 y monta Le Roi Lear, initiative d'une grande audace sur le Boulevard. Il garda la direction de l'établissement jusqu'à sa nomination comme directeur de l'Odéon, en 1906. Ce créateur de la mise en scène moderne exigeait de ses acteurs un jeu naturel, balayant les conventions théâtrales de son temps ; André Antoine mourut en 1943, à 86 ans.