Vacances à Budapest
Les aventures de Freddy Lombard tome 4

Cliquer sur la couverture pour la voir en grand


Vacances à Budapest Date de parution : 1988
Nombre de pages : 46
Editions : Les Humanoïdes Associés
Collection : Eldorado
Scénario : Yves Chaland & Yann Lepennetier


Vacances à Budapest

           Eté 1956, Vénétie. Alors que Dina est embauchée comme préceptrice de latin du jeune Laszlo, Freddy et Sweep campent sur le bord du lac. Mais Laszlo, qui se sent l'âme d'un révolutionnaire, décide de rejoindre son oncle Thomas Karcsy. Il fugue donc, accompagné par Freddy et Sweep, pour rejoindre une capitale hongroise au bord de tomber dans l'insurrection.

           Deuxième album réalisé en collaboration avec Yann Lepennetier, Vacances à Budapest est un album grave, qui replonge le lecteur dans les pages les plus sombres de l'histoire de l'Europe de l'Est. Mais si le propos est grave, Chaland n'oublie pas d'y ajouter son humour sombre, son ironie mordante.

« L'idée, au début du travail sur Vacances à Budapest, était que les BD des années cinquante, genre Spirou, Tintin, etc. n'avaient fait aucune allusion au drame de Budapest, l'écrasement de l'insurrection par les tanks russes. Alors que la Hongrie est à notre porte, à 4OO kilomètres environ de chez nous, et la BD qui était censée parler de son époque n'avait jamais parlé de ça. C'était un sujet rêvé. Je revisitais la BD des années cinquante et je me disais que c'était l'album qui aurait dû exister à l'époque. »

Yves Chaland dans Sapristi ! n°21, 199O

____________________

Le communiqué de presse des Editions Humanoïdes Associés :

« Lundi 22 octobre 1956. Les étudiants de l'université technique de Budapest élaborent une liste de revendications. Ils réclament le retour au pouvoir d'Imre Nagy - un conmnuniste libéral écarté de son poste de premier ministre pour « déviationnisme de droite » -, le départ des troupes soviétiques du territoire hongrois, la liberté de la presse et des élections libres. Le lendemain, ils organisent une manifestation de solidarité avec la Pologne où une ère réformatrice semble s'ouvrir... Cette manifestation est le point de départ de l'insurrection du peuple hongrois - au cours de laquelle la colossale statue de Staline, symbole de la tyrannie, sera renversée. Cette insurrection est finalement écrasée par l'A.V.O., la police secrète hongroise, et par les Soviétiques, le 4 novembre.
Janos Kadar devient chef du gouvernement.
La répression est alors impitoyable : une centaine d'exécutions, des déportations par milliers. Nagy lui-même est exécuté en 1958.
Sur ce canevas historique et dramatique, Yves Chaland - en collaboration avec Yann Lepennetier - a écrit une histoire dense, documentée, aussi précise qu'un mécanisme d'horloge suisse, et d'une grande intensité émotionnelle. Mais Chaland ne serait pas Chaland si l'humour et l'ironie - grâce à des dialogues pertinents et décalés - ne venaient ponctuer un récit mené tambour battant.
Avec
Vacances à Budapest, Chaland fait la démonstration qu'il est décidemment l'un des maîtres de la ligne claire comme de la bande dessinée moderne en général. »