Souvenirs du XXe siècle

Cliquer sur l'illustration pour la voir en grand


Souvenirs du XXe siècle Date de parution : 1983
Conception : Bernard Père
Editions : Alain Littaye
Artistes : Hergé, E.-P. Jacobs, Jacques Martin, Franquin, Chaland, Floc'h, Serge Clerc, Ever Meulen, Joost Swarte, Enki Bilal, Gir, Moebius


            Un album collectif que, malheureusement, je ne possède pas, et pour lequel Chaland réalisa l'illustration 'Ben-Day' (l : 17,2 cm ; h : 23,2 cm) montrée ci-dessus.

           Ci-dessous, le texte accompagnant cette illustration :

           Le vertige nous a pris un soir, sous la lampe, en feuilletant ce fameux hebdomadaire pour la jeunesse intitulé "Captivant". Eh ! Quoi, le graphiste légendaire nommé Chaland, injustement méconnu, et dont le trait, les couleurs répandaient allègrement des effluves " cinquante ", cet artiste obstiné, tatillon sûrement, habile et maniériste, avait donc enrichi l'univers graphique de nos quinze ans d'une oeuvre elle aussi passée inaperçue ! Nous convînmes qu'il fallait, sans défaillir le premier moment de surprise passé, feindre de n'avoir toujours pas compris ce qui s'était passé - qu'un héritier nommé Chaland avait subtilisé les pinceaux et les gouaches des Grands Artistes - et leur papier aussi - et que, dans l'ombre, devenu presque belge, il s'était attelé à la tâche passionnante de faire comme si. Comme si nous n'avions pas vieilli du tout - ce qui serait épatant - , et que notre éternelle jeunesse pouvait enfin s'accorder à tous les délires contenus certainement dans les classiques de fifties. Comme si ce grand jeu un peu scout, si proche encore des rêveries d'adolescents sous l'occupation que véhiculaient si bien les pages jaunies des journaux de jadis, pouvaient être le nôtre encore. Comme si, en somme, la philosophie simple, en apparence, de ces temps bénis, radieux, pouvait s'imposer à nous, tout à fait. Les temps confondus, dans un rêve d'immobilité, faisaient ressortir par malice la vanité un peu sotte de la morale pour garçons de nos jeunes années, les clichés d'une société bienveillante découvrant le monde moderne. Et l'héritage de Chaland nous a confrontés sans tarder au noeud du problème : des questions d'ordre métaphysique nous ont submergés ! Les grands manteaux pied-de-poule et les chaussures d'hiver n'ont plus été qu'accessoires, comme les autos, les " réclames ", nous demandant avec terreur : " Tout cela est-il vraiment mort ? Avons-nous bien vécu ? Que reste-t-il de tout cela ? ". Nous, les héritiers.